Publicité


Aleris se remet sur les rails avec Vericut

La simulation d’usinage est, aujourd’hui, l’une des principales sources d’économie des entreprises de mécanique industrielle. En permettant d’anticiper le comportement des équipements de production en temps masqué, les logiciels de simulation augmentent leur temps d’utilisation, suppriment les causes de collision et amènent beaucoup de sérénité aux utilisateurs de MOCN. En voici encore un exemple, vécu en Allemagne.

Depuis son investissement dans le logiciel de simulation, de vérification et d'optimisation CNC Vericut, l'entreprise Aleris Aluminium Bonn GmbH a divisé le volume de ses rebuts par dix et réduit les délais nécessaires de la mise en production des nouveaux composants.
"Nous produisons des sections d'aluminium moulées par coulée continue pourvues de sous-sections et d'armatures soudées d'une grande complexité.

Principalement conçues pour les véhicules sur rail de l'industrie des chemins de fer, ainsi que pour les secteurs naval et automobile, elles peuvent atteindre des dimensions allant jusqu'à 30 x 4,2 x 1,2 m", résume Armin Drevenstadt, directeur de la production du département Méthodes avancées d'Aleris Aluminium Bonn GmbH. Or, plus les dimensions d'un composant sont importantes, plus le processus de fabrication est long et exigeant.

Les opérations de moulage des lingots bruts par la presse à avance continue, comme celles de formage des sections, sont suivies par le dressage et le vieillissement thermique. Enfin, les sections sont soudées en composants bruts de plus grande dimension, puis soumises à un usinage CNC de précision. L'intégration étroite de ces deux derniers procédés a conduit à la mise en place du département Méthodes avancées, qui regroupe des ingénieurs soudage et des experts en production CNC.

Responsable de la programmation et des aspects techniques des opérations de CNC, Torsten Curdt se souvient des anciennes procé-dures : "Avant l'adoption de Vericut, chaque nouveau programme codé devait être soumis à un "passage d'essai" par le programmateur et l'opérateur de la machine-outil, qui examinaient pas à pas chaque bloc de code CN. Ce processus augmentait le temps de cycle, qui atteignait alors environ quatre fois le temps de coupe prévu.

L'installation de Vericut nous a permis d'éliminer presque complètement le "processus d'essais et d'erreurs" appliqué à la machine-outil et a réduit le temps de passage d'essai au strict minimum." Au sein de ses installations de Bonn en Allemagne, Aleris Aluminium fait appel à trois presses à avance continue pour produire ses sections en aluminium léger. Deux centres d'usinage CNC à 5 axes viennent compléter le parc-machines de l'entreprise.


Simulation des trajectoires
Depuis l'installation de Vericut, Aleris Aluminium s'appuie sur le logiciel pour la simulation complète de la production CNC - effectuée indépendamment de la machine - du système de contrôle CN et du logiciel de FAO.

L'entreprise l'utilise aussi pour la vérification des trajectoires des outils CN afin de détecter les collisions et erreurs de programmation potentielles, assurant une prévention efficace des collisions entre les éléments structurels de la machine, l'outil de coupe et les systèmes de serrage sur mesure montés sur les machines. En outre, le logiciel optimise les mouvements d'avance de la machine pour rationnaliser le cycle de coupe et améliorer son efficacité.

Les trajectoires d'outils sont créées à l'aide du logiciel de CAO/FAO Mastercam et depuis septembre 2009, Vericut a simulé la totalité des trajectoires de fraisage issues d'environ 120 programmes CN faisant intervenir les centres d'usinage à 5 axes. Toutes ces fonctionnalités ont permis de réduire le volume de rebuts relevé par l'entreprise de 10% à tout juste 1%.

Aleris, qui travaille avec deux licences Mastercam et Vericut depuis 2008, a alors préparé ses logiciels pour la prise en charge d'une nouvelle machine Fooke Endura à portique mobile de grande dimension, qui devait arriver en fin d'année. Il fallait tout d'abord adapter le logiciel Mastercam et le post-processeur aux mouvements de la nouvelle machine avant de réaliser une programmation de test, une étape menée à bien par le fabricant de la machine en trois semaines.

Enfin, en collaboration étroite avec CGTech, Aleris a sélectionné les programmes CN destinés à la nouvelle machine et lancé une phase d'essai de trois semaines supplémentaire avec l'optimisation Vericut.

La phase de programmation et de simulation a débuté en mars 2009 pour un lancement de la production sur la nouvelle machine six mois plus tard : la planification fût en effet particulièrement prudente, suite aux coûts de réparation engendrés par un accident machine survenu dans l'entreprise quelques temps avant. Semaine après semaine, Aleris a ainsi augmenté les capacités de la machine jusqu'à parvenir à une production en trois-huit.

D'après Torsten Curdt, la machine fonctionne à sa capacité de production maximale depuis mi-septembre 2009, "sans défaut de programmation majeur".

AUTRES ARTICLES À PROPOS DE CETTE SOCIÉTÉ

Mastercam dans la trajectoire de l'EMO

Le Mastercam de l'année dévoilé

Mastercam présente sa version X6

Mastercam Swiss Expert au Simodec 2012

Mastercam maître de l'usinage robotisé sur JEC Composite Show

Mastercam X5 propose trajectoires d'outil et stratégies d'usinage

Innovations en nombre chez Mastercam

Mastercam propose une CFAO X4

Mastercam automatise la programmation

Logiciels intégrés